4 bonnes raisons de solliciter un carreleur professionnel

 

La beauté d’un carrelage, une fois posé, donne envie d’essayer la méthode DIY. D’ailleurs, s’il est possible d’effectuer les travaux soi-même, ce seraient des dépenses de moins. Cependant, ce n’est pas si facile qu’il ne le paraît. Le carreleur professionnel a mille raisons de suivre des formations. En voici quatre.

Pose de carrelage amateur : les 4 erreurs fréquentes

Les problèmes suivants peuvent être les sources de désordres dans un bâtiment. C’est pourquoi il faut vraiment faire appel à un carreleur professionnel.

Malfaçon au niveau des joints, d’où fissures des carreaux

Le non-respect de la largeur des joints ou l’insuffisance de matière à ce niveau est susceptible de briser les carreaux. Sachez en effet que les joints se rétractent à la prise.

Carreaux mal collés, décollement certain

Cela semble évident, mais l’expliquer est nécessaire. Il se peut qu’on n’utilise pas assez de colle dans la mise en œuvre. Certes, mais il y a aussi le non-respect des consignes. On entend par « consignes » les prescriptions du fabricant, et surtout, les règles de l’art qui s’apprennent. Les carreaux mal collés se terminent toujours par leur décollement plus tôt que prévu.

Épaisseur non réglée du mortier, bris des carreaux

Le support du carrelage est en général composé de mortier. La chape comble les irrégularités de la surface, mais le dosage doit être correct. Il en est de même pour l’épaisseur. Sinon, vous risquez le retrait différentiel, entraînant ainsi la fracture des carreaux.

Pose trop rapide, déformation de la surface

La vitesse de pose est à calculer. Elle ne doit être ni trop lente, ni trop rapide. Se précipiter remet le retrait du support après la pose des carreaux, et si ce cas se présente, le bon déroulement du retrait va être « gêné » par le carrelage déjà en place. Par conséquent, le revêtement va gondoler. Des vagues apparaîtront. On s’attend plus tard à la fissuration du carrelage ou à la désolidarisation des joints périphériques.

Gravité des dégâts occasionnés par une malfaçon du carrelage

Si on fait du DIY en carrelage, on peut utiliser, sans le savoir, des produits qui ne respectent pas la norme NF. La pose de carreaux dans la salle de bain est la plus délicate. La raison est qu’il faut à la fois assurer l’étanchéité de la surface. Sinon, les occupants de la maison subiront plus tard des dégâts des eaux. C’est pourquoi il faut vraiment faire appel à un spécialiste en la matière dont la formation est comme suit :

Le parcours d’un étudiant carreleur

L’orientation peut se faire dès la classe de 3e. L’objectif est de décrocher le CAP carreleur-mosaïste. L’étudiant suivra une formation en alternance pendant une à deux années. Une fois le CAP en poche,

  • • L’élève peut poursuivre deux années de plus pour avoir le Bac Pro Aménagement finition. À l’issue de cette formation, il pourra devenir conducteur de travaux de finition et diriger un chantier.
  • • Le BP carreleur-mosaïste se prépare aussi après le CAP. La durée minimale des études est également de deux ans. L’étudiant sortira manager. Il sera capable de créer sa propre entreprise en tant qu’artisan carreleur.
  • • Un autre diplôme qui permet de travailler à son compte est le BM carreleur-mosaïste. Le bac est indispensable pour y accéder. Il faut en plus 4 ou 5 ans d’expérience.