Le métier de banquier : qu’est-ce qu’il faut savoir?

 

Après les banques en ligne, c’est au tour des Fintechs d’intégrer le marché bancaire. Malgré le succès grandissant de ces plateformes au cours de ces dernières années, les établissements bancaires traditionnels ont su garder leur notoriété et continuent à proposer leurs services au plus grand nombre. En effet, certaines opérations comme l’accord de prêts ou les conseils en gestion nécessitent un rendez-vous avec un interlocuteur dédié.

Si les chiffres ne vous effraient pas et que vous avez le sens du relationnel, le métier de banquier pourrait vous intéresser. Voici toutes les informations clés à retenir pour devenir banquier.

Banquier : en quoi consiste le métier?

Aussi appelé conseiller financier, le banquier est une figure incontournable de notre société ayant pour rôle principal d’accueillir les clients au sein d’un établissement bancaire afin de leur proposer les produits et services les plus adaptés à leurs besoins. En plus de cette mission, il peut également s’occuper de différentes tâches :

  • Gérer et suivre quotidiennement les comptes de la clientèle ;
  • Recevoir et traiter les demandes de prêts ;
  • Négocier les taux d’emprunt et aménager les contrats ;
  • Proposer et vendre des placements financiers ;
  • Mettre en avant les nouveaux produits proposés par la banque ;
  • Négocier les autorisations de découvert…

 

Quelles sont les qualités d’un banquier?

Les candidats qui souhaitent exercer le métier de banquier doivent avoir un certain nombre de qualités, dont voici quelques-unes :

  • Un bon sens du relationnel ;
  • Un bon sens commercial ;
  • Une grande facilité dans les calculs et les taux ;
  • Organisé, disponible et réactif ;
  • Une certaine connaissance du marché financier et dans le domaine fiscal et juridique ;
  • Avoir un esprit compétitif ;
  • Une bonne maîtrise de plusieurs langues étrangères.

Comment devenir conseiller financier?

En France, le secteur bancaire recrute des milliers de jeunes diplômés chaque année et offre des possibilités d’évolution de carrière très variées. Il existe plusieurs options pour devenir banquier :

  • Gestionnaire de clientèle ou commercial en agence : un niveau Bac +2 ou +3 est exigé. Les établissements bancaires proposent aujourd’hui une multitude de possibilités d’alternances et de stages.
  • Banques de détails, de financement et d’investissement : pour travailler dans ces établissements, il faudra suivre des formations de niveaux Bac +5 et +6.

Pour compléter vos atouts, vous avez la possibilité de poursuivre vos études en interne grâce aux cours dispensés par le Centre de formation de la profession bancaire ou CFPB

Sachez qu’après un BTS Banque, le candidat au poste de banquier pourra suivre des études telles que IUP, IEP ou Master pour obtenir un Bac +5. Dès lors, il pourra prétendre à un poste plus élevé tel que cadre.

Combien touche un banquier?

Le salaire d’un banquier est très variable. Il dépend avant tout de son statut indiqué dans la grille salariale des banques. Qu’à cela ne tienne, un débutant touchera en moyenne 1 700 euros par mois, puis jusqu’à 3 400 euros par mois en fin de carrière.

Concrètement, la rémunération d’un conseiller financier est calculée sur deux parties : fixe et variable. Elle dépend de l’ancienneté, notamment de l’expérience de l’employé bancaire, sachant qu’elle peut inclure une prime de fin d’année ou un 13e mois.

Concernant la partie variable de la rémunération, elle est fonction des ventes individuelles ou collectives de l’agence à laquelle le banquier est rattaché. Dans une banque de détail, elle représente environ 5 à 20% de la rémunération fixe du commercial.

En tant qu’employé privilégié, le banquier bénéficie de nombreux avantages sociaux indéniables tels que la prévoyance, les cotisations retraites ou encore la mutuelle de groupe. Pour le placement de ses intéressements et participations, il dispose de diverses solutions d’épargne salariale comme le Plan d’épargne entreprise (PEE) ou le Plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO).

Pour finir, il est important de souligner que les établissements bancaires se montrent particulièrement généreux en matière de Réduction de temps de travail (RTT) et de congés payés.

Article co-écrit avec l’aide de www.detective-banque.fr